Why do Social Democrats do what they do?

August 04, 2009

Vagues de grèves en Afrique du Sud, source: Parti Communiste du Quebec, 04/08/09



Le bras de fer entre les syndicats et l'aile plus à gauche de l'ANC, d'une part, et l'aile plus conservatrice de ce parti au pouvoir, en Afrique du Sud, s'accentue. Il y a quelques jours, c'étaient les ouvriers de la construction qui débrayaient pour exiger une hausse substantielle de leurs salaires (ce qu'ils ont finalement obtenu). Aujourd'hui, c'est maintenant au tour des employéEs municipaux de faire de même et d'entamer leur 3e journée de grève.

Depuis hier, soit depuis le 27 juillet, ils sont 150 000 à faire la grève. Leurs demandes ? 15% d'augmentation et des subsides additionnels pour le logement. Avant eux, les ouvriers de la construction avaient obtenu 12%.

Ces grèves se produisent alors que les tensions sont également palpables dans les townships où les problèmes de logement et de misère sont toujours criants.

Il pourrait paraître surprenant, aux yeux de certains, que les syndicats se mobilisent ainsi alors qu'il y a quelques mois à peine, ces mêmes syndicats ainsi que l'aile plus à gauche, au sein de l'ANC, dont le Parti communiste sud-africain, donnait justement son appui au nouveau président Zuma, en remplacement de celui qui avait dirigé avant lui le pays et imposé une orientation plutôt à droite. Jusqu'à récemment, ces forces étaient plutôt considérées comme pro-Zuma.

Pour les syndicats, comme pour le Parti communiste, qui sont autant de composantes officiellement reconnues et actives au sein de l'ANC, il s'agit d'abord et avant de s'assurer que les promesses du président Zuma, en faveur d'un réalignement plus à gauche, seront effectivement tenues.

Autant les syndicats, regroupés au sein de la COSATU, que le Parti communiste, ont une longue expérience à travailler ensemble avec d'autres forces, au sein de l'ANC, pour faire avancer les dossiers qui vont dans le sens des intérêts des travailleurs, des travailleuses et de tous les déshérités, tout en haussant le ton quand c'est nécessaire, y compris contre "leur" gouvernement de l'ANC, que les choses ne vont pas assez bien ou assez vite, comme cela semble être le cas actuellement.

Cela nous rappelle en même temps à quel point la présence, au sein du gouvernement, d'un parti plus favorable aux travailleurs, ne veut pas dire pour autant que tous les problèmes disparaissent du même coup, ni qu'il n'y aura pas de problèmes.

Le système d'autobus, les cliniques, la gestion des parcs, ainsi que la gestion du trafic dans les grandes artères des villes sont tous perturbés par cette grève.

À Johannesburg, dès le premier jour de la grève, près de 10 000 grévistes ont marché dans les rues de la ville. Même chose dans plusieurs autres villes, dont Cape Town et Port Elizabeth. Le président Zuma a aussitôt réagi en appelant les syndiquéEs à retourner au travail et à être plus patient mais, et de toute évidence, la patience est quelque chose dont les syndiquéEs semblent avoir de moins en moins.

En certains endroits, la police est intervenue et aurait même tiré des balles de caoutchouc contre les grévistes. Ironiquement, une partie du corps policier, chargé d'assurer le trafic dans les rues participent aussi à la grève.

La puissante centrale syndicale COSATU s'est déclarée à 100% derrière les grévistes. Monseigneur Desmond Tutu, prix Noel de la paix, et une des grandes figures du mouvement anti-apartheid a lui aussi commencé à monter le ton et a pour sa part mis en garde le nouveau président Zuma en déclarant ce qui suit, à l'occasion d'une cérémonie tenue pour commémorer le 20e anniversaire de mort de deux militants de l'ancienne branche militaire de l'ANC : "Vous souvenez-vous du prix payé pour obtenir notre liberté" ? "Nous avions de fantastiques jeunes gens; ils ont payé le gros prix; nous avons tous payé le gros prix; mais était-ce seulement pour que certains parmi nous puissent avoir jusqu'à trois voitures" ?

"Il y a quelque chose qui ne marche vraiment pas dans notre pays; ceci n'est pas ce pourquoi nous nous sommes battus; il y a des niveaux de pauvreté dans ce pays qui sont carrément inacceptable", devait-il ensuite dire.

Selon les plus récentes statistiques, le pouvoir d'achat des gens en Afrique du Sud seraient en chute, tandis que le chômage est aussi en hausse.

Les dirigeants de la COSATU, de même que du Parti communiste, notamment son secrétaire général, Blade Nzimande, ont en même temps mis en garde les grévistes contre la présence d'éléments provocateurs qui seraient déjà en train d'utiliser ces grèves pour essayer de les détourner de leurs objectifs initiaux. Il faut en effet savoir que pendant que se tiennent ces grèves, il y a aussi une recrudescence des gestes de violence contre des travailleurs immigrants ainsi que différents autres gestes de violence gratuites, choses que les dirigeants ouvriers condamnent avec force. Ils rappellent aussi que l'objectif des mouvements de grève n'est pas de remettre en cause la légitimité du gouvernement de l'ANC, mais bien plutôt de faire valoir l'importance d'une plus grande justice sociale.

No comments:

Featured Story

A timely reminder:: Seymour M. Hersh on the chemical attacks trail back to the Syrian rebels, 17 April 2014

Seymour M. Hersh on Obama, Erdoğan and the Syrian rebels Vol. 36 No. 8 · 17 April 2014  London Review of Books pages 21-24 | 5870 words ...