January 22, 2014

Ouverture des travaux de la conférence de Genève II à Montreux, SANA, 22 Jan 2014

source: http://213.178.225.235/fra/55/2014/01/22/523751.htm

Montreux /Les travaux de la conférence internationale sur la Syrie "Genève II" ont été ouverts aujourd'hui avec la participation de la délégation syrienne officielle, présidée par le vice président du conseil des ministres, ministre des Affaires étrangères et des expatriés, Walid al-Mouallem.

Dans une allocution prononcée à l'ouverture de la conférence, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a affirmé que pas de substitut à l'élimination de la violence et au règlement politique de la crise en Syrie.

"Les Syriens sont les premiers responsables de la mise d'un terme à la crise et de la définition de l'avenir de la Syrie et du système politique de leur pays", a indiqué Ki-moon.

Il a incité les deux parties syriennes à parvenir à un règlement global sur la base de la déclaration de Genève I, précisant que cette déclaration a fixé nombre de pas essentiels qui partent de la formation d'un gouvernement transitoire, formée sur la base d'un consensus mutuel, qui jouit des attributions exécutives.

"Il faut encourager les deux délégations syriennes à négocier pour sauver leur pays", a dit Ki-moon qui a ajouté que nous sommes aujourd'hui devant un grand défi.

Il a qualifié la crise en Syrie de "désastre globale", ajoutant que l'absence de la loi en Syrie a encouragé des combattants étrangers et des criminels de tout le monde à imposer leur vision dangereuse et destructive.

"Des millions en Syrie ont besoin des aides humanitaires et sont dépourvus du secours", a précisé Ki-moon qui a incité le gouvernement et l'opposition à assurer l'accès des assistances humanitaires à toutes les civils qui en ont besoin, notamment dans les zones assiégées.

Le secrétaire général de l'Onu a appelé à mettre un terme à la souffrance des syriens et à entrer dans un processus politique où les Syriens assument une énorme responsabilité, les appelant à parler à nouveau entre eux et à s'impliquer dans la reconstruction du pays.

Pour sa part, le ministre suisse des affaires étrangères, Didier Burkhalter, a affirmé la nécessité d'avoir une volonté politique claire loin de la haine et fondée sur le dialogue pour résoudre définitivement la crise en Syrie.

"Pour que les efforts déployés pour régler la crise en Syrie aboutisse, il faudrait un soutien continu et une volonté claire de la part de la communauté internationale" a ajouté Burkhalter qui a assuré que le règlement de la crise en Syrie est politique et que la conférence doit laisser immédiatement ses traces sur le terrain.

Par ailleurs, il a appelé à écouter les appels des syriens et à faire participer tout le monde sans écarter personne.

Le ministre russe des Affaires Étrangères, Sergueï Lavrov, a, quant à lui, imputé, lors de son allocution, sur les participants à la conférence une responsabilité historique, faisant savoir que leur mission exige une coopération étroite pour mettre fin à la tragédie en Syrie.

Il a mis l'accent sur la nécessité de résoudre la crise dans ce pays conformément à une entente mutuelle entre le gouvernement et l'opposition et loin de toute intervention ou solution étrangère.

"La Russie a adopté le principe de la non imposition des solutions par la force depuis le début de la crise en Syrie pour qu'elle reste un Etat de souveraineté" a dit Lavrov, faisant savoir que son pays soutient les aspirations des peuples arabes.

Dans le même contexte, Lavrov a appelé à respecter la souveraineté des pays, à ne pas intervenir dans leurs affaires intérieures et à régler les confits par des voies pacifiques.

En outre, Lavrov a souligné l'importance de la participation de toutes les catégories de la société syrienne, dont celles-ci de l'opposition nationale en Syrie, au dialogue, mettant l'accent sur l'importance de la participation de l'Iran dans le rétablissement de la paix et la stabilité en Syrie sans faire des interprétations de la déclaration de Genève, qui versent dans l'intérêt dans l'une des deux parties.

"Nous appelons la conférence à soutenir le gouvernement et l'opposition syriens pour conjuguer leurs efforts dans le traitement de la situation humanitaire en Syrie et le renforcement de la confiance entre les deux parties" a conclu Lavrov.

R.F. / L.A.

No comments:

Featured Story

A timely reminder:: Seymour M. Hersh on the chemical attacks trail back to the Syrian rebels, 17 April 2014

Seymour M. Hersh on Obama, Erdoğan and the Syrian rebels Vol. 36 No. 8 · 17 April 2014  London Review of Books pages 21-24 | 5870 words ...