March 13, 2015

TELL PARLIAMENT – DEFEAT POLICE STATE BILL C-51: Communist Party of Canada Statement


 
Issued by the Central Executive,
Communist Party of Canada
February 4, 2015

 [Texte en français suit ci-dessous]...


Across Canada, alarms are being raised against Bill C-51, the so-called “Anti-Terrorism Act, 2015” which gives the Canadian state sweeping new powers to further criminalize public dissent. In the first place, it targets those critical of the corporate agenda of austerity, environmental destruction, and imperialist war. This dangerous Tory legislation would help further transform CSIS into a secret police force beyond the control of the public or even Parliament. The Communist Party of Canada warns that Bill C-51 cannot be “amended” or “improved”; it must be rejected by Parliament, and CSIS itself should be dismantled, not expanded.

This Bill constitutes perhaps the most serious threat to free speech and civil liberties in Canada since the era of the War Measures Act, which was proclaimed by governments several times from World War One to the 1970s to suspend democratic rights, including mass incarcerations of targeted ethnic groups, Communists, trade union leaders and a broad range of democratic forces in Quebec, until it was finally repealed by Parliament in response to massive public pressure.

Bill C-51’s alleged purpose is to protect Canadians from “terrorism”, but its true aim is to help the Conservative Party use fear and intimidation tactics to extend its political base in advance of the 2015 federal election. The underlying purpose is to limit civil, labour and democratic rights of all Canadian citizens and residents, and to expand the powers of an increasingly authoritarian state.

Making racist speeches which single out mosques for special attention, the Prime Minister has openly signalled that entire sections of the population are being placed into a category of potential terrorists, considered “guilty until proven innocent.” Even the Globe and Mail has warned that “the fearmongering of a campaigning Prime Minister” is being used to turn CSIS into “something that looks disturbingly like a secret police force.”

Under this legislation, CSIS agents will be allowed to act against any perceived “threat to the security of Canada,” without a judicial warrant if they claim that their activities do not contravene Charter rights or the law. CSIS would be permitted to disrupt vaguely defined “radical websites”, and to apply for court orders to remove “terrorist propaganda” from the Internet. The Bill lowers the legal threshold to detain people without criminal charges, and expands the reach of the “no-fly list”.

CSIS agents will be allowed to break into homes and offices, seize documents, remove whatever they find, install monitoring devices, or carry out any “dirty tricks” or disruptive activities which a judge agrees is “reasonable”.

Since the government has declared that Canada is at war, there is every reason to believe that any judicial limits on these police powers will be minimal at best, and that these activities will be integrated with the CIA’s “black operations” around the world. Just as ominous, there will be no mechanism for Canadians to even monitor CSIS, leaving only the PMO and a tiny clique of powerless and complicit government officials with knowledge of its actions.

Section 16 of C-51 prohibits “advocating and promoting terrorism”, raising a wide range of unanswered questions. For example, Public Safety Minister Blaney has refused to give a direct response in Parliament or to the media regarding non-violent civil disobedience protests against the extraction and export of tar sands bitumen. The clear implication of Minister Blaney’s comments is that any protests directed against the energy industry are by definition potentially dangerous, and could fall under the general umbrella of “terrorist” activity. Similarly, Conservative cabinet ministers repeatedly slander the broadly-supported movements which oppose Israel’s apartheid-style occupation of Palestinian territories – such as the Boycott, Disinvestment and Sanctions campaign – in effect branding these movements as targets of CSIS actions.

Since coming to power in 2006, the Harper government has engaged in massive surveillance against indigenous people’s movements, and has frequently used back-to-work legislation against unions under federal jurisdiction, claiming that strikes at Air Canada, Canada Post, and elsewhere constituted a threat to the economy. Now, Bill C-51 will criminalize actions which “interfere with the ability of the Canadian government to maintain economic or fiscal stability”, an obvious threat against both the labour movement and the right to strike, and indeed any movement which resists the agenda of the banks and corporations. Trade unions and Aboriginal peoples will be a major focus of the beefed-up CSIS, just as the RCMP was used for decades by federal and provincial governments to break strikes and target Aboriginal activists.

In other words, the Harper Conservatives are providing CSIS with powers going far beyond those which were stripped from the RCMP over 30 years ago as a result of its illegal activities such as barn-burning in Quebec and spying on CUPW – and at the same time the Tories are implicitly setting the political agenda for this new secret police operation.

A growing chorus of criticism is emerging, including by some media outlets and civil liberties groups. The Green Party leader, MP Elizabeth May, has condemned C-51 as so “overbroad” that it “could apply to anything”. The NDP, Liberals and Bloc Quebecois have raised some questions about the lack of public oversight of CSIS, but unfortunately these opposition parties have so far failed to take a principled stand to block C-51 in Parliament.

The Communist Party will do everything in our power to help defeat Bill C-51. We urge the labour and democratic movements, environmental groups, Aboriginal peoples, the Palestine solidarity and anti-war movements, civil liberties groups, and all those who care about civil, labour and democratic rights, to help build a powerful, mass, united campaign against this police state legislation. Such a broad-based fight can win, by mobilizing public opposition right across the country!

_______________________________

For more information, please contact CPC leader Miguel Figueroa at 416-469-2446 or figueroa@cpc-pcc.ca.

________________________________

Dîtes au parlement qu’il doit défaire le projet de loi d’État policier C-51 !

Déclaration du Comité exécutif central du Parti communiste du Canada, le 4 février 2015

Partout au Canada, l’alarme est sonnée contre le projet de loi C-51, la soi-disant « Loi anti-terroriste 2015 », qui donne à l'État canadien de nouveaux pouvoirs pour criminaliser la dissidence publique. En premier lieu, il vise celles et ceux qui sont critiques des politiques d'austérité néolibérales, de la destruction de l'environnement, et de la guerre impérialiste. Ce dangereux projet de loi conservateur aiderait en outre à transformer le SCRS en une force de police secrète, échappant au contrôle du public ou même du Parlement. Le Parti communiste du Canada soutient que le projet de loi C-51 ne peut pas être « amendé » ou « amélioré »; il doit être rejeté par le Parlement, et le SCRS lui-même devrait être démantelé et non pas renforcé.

Ce projet de loi constitue peut-être la plus grave menace pour la liberté d'expression et pour les libertés civiles au Canada depuis l'époque de la Loi des mesures de guerre qui, de la Première Guerre mondiale jusqu’aux années 1970, a été proclamée à plusieurs reprises par les gouvernements afin de suspendre les droits démocratiques, permettant des incarcérations massives de groupes ethniques particuliers, de communistes, de dirigeantes et de dirigeants syndicaux et d’un large éventail de forces démocratiques au Québec, jusqu'à ce qu'elle fusse finalement abrogée par le Parlement en réponse à une large pression publique.

Le but allégué du projet de loi C-51 est de protéger les Canadiennes et les Canadiens contre le «terrorisme», mais son véritable but est d'aider le Parti conservateur à élargir sa base politique en prévision de l'élection fédérale de 2015, en usant de tactiques de peur et d'intimidation. L'objectif sous-jacent est de limiter les doits civiques, les droits des travailleuses et des travailleurs, les droits démocratiques de toutes les citoyennes et citoyens, ainsi que de toutes les résidentes et résidents canadiens, et d'élargir les pouvoirs d'un État de plus en plus autoritaire.

Tenant des discours racistes singularisant les mosquées d'une attention particulière, le premier ministre a ouvertement signifier que des pans entiers de la population sont placés dans une catégorie de terroristes potentiels, considérés «coupables jusqu'à preuve du contraire.» Même le Globe and Mail a averti que «la campagne de peur du Premier Ministre » est utilisée pour changer le SCRS en «quelque chose qui ressemble de façon inquiétante à une force de police secrète.»

Selon cette loi, les agentes et agents du SCRS seront autorisés à agir contre toute «menace pour la sécurité du Canada» perçue, sans mandat judiciaire s’ils affirment que leurs activités ne contreviennent pas à la Charte des droits ou à la loi. Le SCRS serait autorisé à interrompre des sites internet vaguement définis comme «radicaux», et à appliquer des ordonnances judiciaires pour retirer la «propagande terroriste» d'Internet. Le projet de loi abaisse le seuil légal permettant la détention de personnes sans inculpation pénale, et élargit la portée de la « no-fly list ».

Les agentes et les agents du SCRS seront autorisés à pénétrer dans les maisons et les bureaux, à saisir des documents, à enlever tout ce qu'ils trouvent, à installer des dispositifs de surveillance, ou à se livrer à tous les «coups tordus» ou toutes les activités perturbatrices qu’un juge trouvera «raisonnables».

Depuis que le gouvernement a déclaré que le Canada est en guerre, il ya tout lieu de croire que les limites judiciaires de ces pouvoirs policiers seront au mieux minimales, et que ces activités seront intégrées aux «opérations sales» de la CIA à travers le monde. Tout aussi inquiétant, il n'y aura même pas de mécanisme pour que les Canadiennes et les Canadiens puissent simplement surveiller le SCRS, n’autorisant que le Bureau du premier ministre et une petite clique de fonctionnaires, impuissants et complices, à avoir connaissance de ses actions.

La section 16 de C-51 qui interdit de «défendre et de promouvoir le terrorisme", soulève un large éventail de questions laissées sans réponse. Par exemple, le ministre de la Sécurité publique Blaney a refusé de donner une réponse directe, tant au Parlement ou qu’aux médias, concernant les protestations non-violentes de désobéissance civile contre l'extraction et l'exportation du pétrole des sables bitumineux. L'implication claire des commentaires du ministre Blaney est que toutes les protestations dirigées contre l'industrie de l'énergie sont par définition potentiellement dangereuses, et pourraient tomber dans le cadre général de l'activité «terroriste». De même, les ministres conservateurs qui calomnient à répétition les larges mouvements qui s’opposent à l'occupation de style apartheid par Israël des territoires palestiniens– tel que la campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions – marquent en fait ces mouvements comme cibles des actions du SCRS.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2006, le gouvernement Harper s’est engagé dans la surveillance massive des mouvements des peuples autochtones, et a fréquemment utilisé la loi pour forcer le retour au travail contre les syndicats des employé(e)s sous juridiction fédérale, affirmant que les grèves à Air Canada, à Postes Canada, etc., constituaient des menaces pour l'économie. Maintenant, le projet de loi C-51 va criminaliser des actions qui « interfèrent avec la capacité du gouvernement canadien de maintenir la stabilité économique ou financière », une menace évidente à la fois contre le mouvement syndical et le droit de grève, et même contre tout mouvement qui résiste au programme des banques et des compagnies. Les syndicats et les peuples autochtones seront des cibles de choix du SCRS renforcé, comme ils l’étaient pour la GRC qui a été utilisée pendant des décennies par les gouvernements fédéral et provinciaux pour briser les grèves et cibler les militantes et militants autochtones.

En d'autres termes, les Conservateurs de Stephen Harper donnent au SCRS des pouvoirs qui vont bien au-delà de ceux qui ont été retirés à la GRC il y a plus de 30 ans à la suite de ses activités illégales, telles que la grange incendiée au Québec et l’espionnage du Syndicat des travailleurs et des travailleuses des postes (STTP), et en même temps les Conservateurs sont implicitement en train d’établir le programme politique pour les opérations de cette nouvelle police secrète.

Un nombre grandissant de critiques est en train d'émerger, y compris de la part de certains médias et par les groupes de défense des libertés civiles. La chef du Parti vert, Elizabeth May, MP, a condamné C-51 comme ayant une portée si excessive qu'il « pourrait s’appliquer à n’importe quoi ». Les néo-démocrates, les Libéraux et le Bloc québécois ont soulevé des questions sur le manque de contrôle public du SCRS, mais, malheureusement, ces partis d'opposition n’ont pas encore pris une position de principe pour bloquer C-51 au Parlement.

Le Parti communiste fera tout en son pouvoir pour aider à défaire le projet de loi C-51. Nous encourageons vivement les mouvements ouvrier et démocratiques, les groupes environnementaux, les peuples autochtones, les mouvements de solidarité avec la Palestine et les mouvements anti-guerre, les groupes de défense des libertés civiles, et toutes celles et ceux qui se soucient des droits civiques, des droits des travailleuses et des travailleurs, et des droits démocratiques, d’aider à bâtir une campagne puissante, massive et unitaire contre cette loi d'État policier. Une telle lutte à grande échelle peut gagner en mobilisant l'opposition du public à travers le pays!

No comments:

Featured Story

A timely reminder:: Seymour M. Hersh on the chemical attacks trail back to the Syrian rebels, 17 April 2014

Seymour M. Hersh on Obama, Erdoğan and the Syrian rebels Vol. 36 No. 8 · 17 April 2014  London Review of Books pages 21-24 | 5870 words ...